La modernisation de la ligne Serqueux-Gisors....

... une priorité absolue pour le Conseil de Développement de HAROPA – Port du Havre. Dans le cadre de l’enquête publique qui se déroule du 8 mars au 26 avril 2016, le Conseil de Développement de HAROPA – Port du Havre affiche son soutien au projet de modernisation du tronçon Serqueux-Gisors considéré comme une « priorité nationale absolue ».

Les membres du Conseil de Développement ont présenté une contribution regrettant « l’incohérence totale entre d’une part les qualités nautiques exceptionnelles et les infrastructures remarquables du port du Havre » qui offre une interface terre-mer performante, et d’autre part « la faiblesse majeure » de ce grand port de la façade ouest-européenne qui présente une « offre ferroviaire et une part modale massifiée très insuffisantes ». Jean-Louis Le Yondre, Président du Conseil de Développement, dénonce ce qui constitue aujourd’hui le talon d’Achille du premier port de commerce extérieur français : « le trafic combiné représente seulement 4,4% du trafic global alors que les ports concurrents, sur le range Nord, ont des parts modales ferroviaires comprises entre 10 et 30% ». Le projet stratégique 2014 – 2019 du port du Havre affiche d’ailleurs clairement l’objectif : le trafic combiné doit doubler sa part modale en 2020. Dans ce contexte, il est impératif que le tronçon Serqueux-Gisors soit opérationnel au plus tôt.

Pour les membres du Conseil de Développement, les travaux de modernisation doivent donc être réalisés « dans les plus brefs délais », notamment à la veille d’une forte augmentation du nombre de chantiers en Ile de France qui menace la pérennité des trafics ferroviaires actuels pour le port du Havre. « Ce projet constitue une priorité non seulement régionale, mais également nationale et même européenne ». 

Cette position fait écho aux avis favorables votés à l’unanimité les 18 et 25 mars dernier par les Conseils de Surveillance des ports de Rouen et du Havre, jugeant le projet déterminant pour l’avenir du 1er système portuaire français HAROPA. Elle fait également écho à la position récemment exprimée par Michel Segain, Président de l’Union Maritime et Portuaire (UMEP) : «nous attendons depuis plus de 25 ans l’amélioration de la desserte fret ferroviaire. Or, comment le port du Havre peut-il contribuer à amplifier l’activité du commerce extérieur de la France sans un réseau ferroviaire qui lui permette de toucher les marchés au-delà de l’Ile de France et notamment l’Allemagne, la Suisse et l’Italie ?». 

Le Conseil de Développement de HAROPA - Port de Rouen s’est également exprimé en ce sens lors de sa séance du 30 mars et le Conseil d’Administration de Ports de Paris qui s’y emploiera en séance du 6 avril prochain.

LE CONSEIL DE DEVELOPPEMENT qui réunit les parties prenantes du développement portuaire sur le plan local, est un organe consultatif consulté sur le projet stratégique du port et la politique tarifaire. Il est composé de 30 personnes représentants de la place portuaire, des personnels des entreprises portuaires, des collectivités territoriales et autres personnalités qualifiées.